Dans notre actualité du 20 juin 2018, nous vous annoncions le lancement de la phase de construction de notre 1er parc éolien de 3 machines pour une puissance totale de 6MWc situé à Ormoy (28).

Aujourd'hui, nous sommes fiers de vous informer de la mise en service de la centrale d'Ormoy où nous prévoyons une production de 8 700 MWh. En 2017, la consommation moyenne pour un foyer français a été estimé à 4 673 KWh, ce qui signifie que l'installation du parc éolien d'Ormoy permettra d'alimenter 1900 foyers français

Ci-dessous quelques photos du 1er parc éolien Arkolia Energies :

Arkolia Energies va équiper son 3ème parc éolien de 6 éoliennes pour un total de 19 MWc. Il s'agit du parc éolien de Vellerot et Rahon dans le Doubs (25) qui sera mis en service courant 2019. La commande des turbines a été signée ce matin auprès de GE

Signature turbines GE pour le projet éolien de Lomont de 19 MWc
Signature turbines GE pour le projet éolien de Lomont de 19 MWc

Rendez-vous incontournable pour la filière éolienne, les 28 et 29 juin 2017, se sont déroulées 2 journées innovation pour l'éolien terrestre. La rencontre Eole Industrie 2017 s'est faite au Palais de la Bourse de Lyon et a été organisée par France Energie Eolienne (FEE) mêlant visite technique, rendez-vous d'affaires, conférences d'experts (5 tables rondes).

Lire la suite...

Arkolia Energies, entreprise héraultaise spécialisée dans la méthanisation, le solaire et l’éolien et EDF Energies Nouvelles, l’un des leaders de l’éolien en France, scellent un partenariat pour poursuivre le développement, construire et exploiter deux projets éoliens de 84 MW en Région Occitanie. Arkolia Energies et EDF Energies Nouvelles font l’acquisition, à parts égales, des participations du groupe IDEX,

Lire la suite...

Habitat fonds marins

Philosophie du projet porté par Arkolia Energies

Le recours aux énergies renouvelables est une nécessité et le développement de l’éolien flottant offshore est une excellente opportunité pour la France. Pour autant, les opérateurs de cette technologie ne doivent pas se croire en « terrain conquis ». Si écologiques qu’elles soient dans leur finalité (produire de l’énergie propre et renouvelable), les éoliennes doivent gagner leur droit à s’implanter dans ce milieu extrêmement fragile, convoité, et objet de multiples activités qu’est la mer, et en particulier la Méditerranée.

L’ambition d’Arkolia Energies ne se limite donc pas à réduire l’impact de ses éoliennes sur le milieu naturel, ni même à proposer des mesures pour compenser ces impacts : son projet de production d’énergie offshore flottant entend apporter de réels avantages au milieu marin et aux multiples usagers de la mer pour en faire une opération dont l’intérêt général soit incontestable.

Un éolien flottant et respectueux de l’environnement

Par rapport aux éoliennes offshores posées sur le fond, les éoliennes flottantes sont arrimées au fond et constituées d’éléments moins volumineux et indépendants. Cette nouvelle technologie permet :

  • D’effectuer l’assemblage sur des espaces réduits, en zone portuaire, à proximité des sites d’immersion. Dans le cas d’Arkolia Energies le port de Port-la-Nouvelle
  • De limiter les opérations en mer
  • De créer des systèmes d’ancrage totalement enfouis sous la surface du sol sans forage ni «battage»
  • De s’éloigner des côtes pour respecter les zones de trafic côtier et s’intégrer dans le paysage lointain depuis la côte, sans imposer l’aspect « monumental » très discuté des éoliennes proches du littoral
  • De réduire notablement la transmission au milieu et au fond marin du bruit de superstructures éventuellement produit
  • De faciliter la maintenance, ainsi que le démantèlement en fin de vie
  • Enfin, il est simple, mais indispensable, de planifier les travaux en tenant compte des rythmes biologiques de l’écosystème d’accueil. Le respect des périodes migratoires et de reproduction sera par exemple assuré en concentrant les interventions à la fin de l’été (et avant l’hiver pour éviter les mauvaises conditions météorologiques.

    Arkolia Energies prendra toutes les précautions afin de minimiser les nuisances lors de la mise en place et de l’exploitation de ses équipements.

    Des éoliennes multi-usages : production d’énergie et récifs artificiels

    Un des avantages du projet porté par Arkolia Energies est de dépasser ce raisonnement classique effectué en termes de minimisation des impacts environnementaux, en adoptant une vision moderne du développement durable qui invite à renverser le questionnement et à se demander, quels bénéfices un champ d’éoliennes peut apporter au milieu marin. L’idée vient alors de réaliser des éoliennes sous lesquels des « récifs artificiels de production » peuvent être intégrés, qui serviront de supports de fixation, d’habitats, de refuges, de lieux d’alimentation, de vie, voire de reproduction… pour la faune et la flore marine. Captant du gaz carbonique pour le transformer en biomasse et favorisant le développement de la biodiversité, les récifs artificiels accroissent les ressources et peuvent ainsi dynamiser le secteur de la pêche et des loisirs sous-marins dans leur voisinage et sur le littoral adjacent. La « chaîne alimentaire » qui se constitue peut comprendre des espèces de pleine eau qui, dans le cas des éoliennes, vont être attirées par les infrastructures verticales et venir se nourrir.

    L’approche faite par le groupement d’entreprises mené par Arkolia Energies a été réfléchie dans ce sens afin de générer de nombreux bénéfices tels que la reconstitution de l’habitat pour les poissons de la région, la protection des fonds marins et la légère atténuation des courants marins qui contribuera au ralentissement de l’érosion des côtes et des plages de Leucate en particulier. Le but est de développer un projet respectueux de l’environnement tout en pensant au développement économique et touristique.

    Un recours nécessaire à la recherche locale

    Les réflexions, travaux de recherches et d’aménagements côtiers, sont en cours depuis la fin des années 90, notamment sur les récifs artificiels. Mais elles n’ont pas, ou très peu, porté sur les possibilités de donner des fonctions biologiques aux fermes éoliennes. Il paraît donc indispensable que les prochains projets d’éoliennes en mer constituent des expérimentations pour pouvoir, au plus tôt, généraliser de tels dispositifs.

    Des laboratoires de recherche de la région ont donc été associés dès la conception du projet d’Arkolia Energies sur ces aspects environnementaux.

    Concrètement, le projet prévoit, de concert avec le CNRS de Montpellier, de créer des coraux artificiels qui favorisent la ressource pélagique. De plus, pendant les 5 premières années d’exploitation de la ferme pilote, il est prévu un suivi scientifique et environnemental afin d’évaluer l’évolution de la colonisation des récifs. Enfin, les équipes aux côtés d’Arkolia Energies s’appuieront sur le retour d’expérience de la ville de Marseille, ainsi que sur celui des communes du littoral languedocien, aussi bien sur les aspects scientifiques que sur la façon d’associer l’ensemble des partenaires.

    Une co-construction partenariale, gage d’efficacité globale et d’acceptabilité

    Si l’on veut susciter un maximum de synergies autour de ce projet d’éoliennes et organiser les usages des zones aménagées en tenant compte des enjeux de chacun, on doit y impliquer les acteurs de la mer le plus en amont possible. Arkolia Energies envisage, donc, de le co-construire, en s’inspirant de la façon dont a été conduite, à Marseille, l’opération RECIFS PRADO, qui reste, avec ses 27 300 m3 de récifs immergés sur un ancien herbier de posidonies, le plus grand projet français d’implantation de récifs artificiels. Les partenariats et le dialogue direct instaurés entre les scientifiques, les usagers de la mer et les administrations furent assurément une des clés de la réussite de ce projet lancé et piloté par Jean-Charles LARDIC (à l’époque Directeur de la Qualité de Vie Partagée de la Ville de Marseille) et ses équipes. Entre le lancement de l’idée en 1998, et la fin des immersions en 2008, il aura fallu presque dix ans d’études, d’échanges, de négociations, de procédures et de travaux. Mais un consensus exceptionnel s’est dégagé à l’arrivée, et le suivi scientifique permanent confirme le succès de l’opération qui s’est vue décerner, en octobre 2014, par le Ministère du développement Durable, le Grand Prix du Génie Ecologique pour les écosystèmes côtiers.

    RESULTATS : en 4 ans, le site est passé de 28 à 64 espèces de poissons et a même attiré un groupe de grands dauphins qui ont pris l’habitude de venir s’y nourrir.

    En France, les projets d’aménagement via des récifs artificiels sont majoritairement sur le littoral méditerranéen et la région LRMP est précurseur en la matière avec plus de 30 000 m3 de récifs immergés au total. Cette réalité a été possible grâce à l’implication de nombreuses communes mais aussi grâce au Conseil Régional, assisté par le Cépralmar (Centre d'étude pour la promotion des activités lagunaires et maritimes), en concertation avec les Prud’Homies de pêcheurs. C’est pourquoi, il est important que la filière « éolien flottant » bénéficie de cette dynamique et de cette volonté en tissant tous les partenariats qui faciliteront la création de zones de repeuplement pour les espaces marins de la région.

    Convaincue de la nécessité d’un tel développement, Arkolia Energies a déjà rencontré les Prud’Homies des pêcheurs de Leucate et Port-La-Nouvelle ainsi que le représentant des chalutiers de la zone dans l’objectif de tenir compte des spécificités de la zone et des besoins de chaque acteur de la mer.

    En conclusion, un projet partenarial qu’Arkolia Energies inscrit dans une large vision de développement durable du territoire régional.

    Les récifs artificiels couplés aux parcs éoliens offshore flottants de la région permettent donc de :

  • Produire de l’énergie renouvelable
  • Capter du gaz carbonique
  • Créer de la biomasse
  • Renforcer la biodiversité
  • Redynamiser les zones de pêches côtières en repeuplant les fonds marins à 10 – 20 km des côtes
  • Réduire l’érosion des plages en atténuant les courants circulaires.
  • Le projet reste ouvert à d’autres synergies que l’imagination des partenaires pourra faire émerger tout au long de sa mise au point et de sa réalisation, notamment en termes d’organisation de l’espace et des usages.

    Par son caractère innovant et participatif, et par sa vocation à répondre à de multiples objectifs environnementaux et socio-économiques, il contribuera incontestablement à renforcer le rayonnement de la région sur des sujets sur lesquels elle est déjà reconnue.

    2ème semestre 2015, l'ADEME a lancé un appel à manifestation d'intérêt (AMI) pour l'éolien flottant financé par les programmes d'investissement d'avenir. Quatre périmètres ont été retenus comme "très favorables" pour l'installation de fermes pilotes d'éoliennes flottantes offshore, dont 2 en Languedoc-Roussillon. L'objectif : développer 6 GW d'éolien flottant en France à l'horizon 2030. C'est dans ce contexte qu'Arkolia énergies a décidé de constituer un consoritum d'entreprises françaises pour promouvoir cette nouvelle technologie et dynamiser le tissu économique de notre grande région.

    Arkolia Energies a répondu à l’appel à projet de l’ADEME sur l’éolien flottant qui s’est clôturé le 4 avril 2016. Notre volonté : travailler avec des acteurs de la région pour dynamiser le tissu économique du littoral languedocien tout en jouant un rôle moteur dans le développement des énergies renouvelables.

    L’AAP éolien flottant : 3 à 6 turbines de 5 MW minimum à plus de 10 km des côtes de Gruissan (11)

    Arkolia Energies et ses partenaires Matière SAS et Saipem ont déposé un dossier abouti à l’appel à projet éolien offshore flottant sur la zone de Gruissan. La force du projet porté par notre société héraultaise, réside dans son implantation régionale et sa capacité, dès aujourd’hui, de passer en phase commerciale à des coûts compétitifs tout en respectant le cahier des charges de l’ADEME. L’objectif : devenir un des acteurs principaux français en éolien offshore flottant. Les éoliennes seront implantées sur des fonds sableux de plus de 55 m de profondeur grâce à un système d’ancrage traditionnel et à une vingtaine de kilomètre des côtes, permettant de réduire l’impact visuel et d’optimiser la production d’énergie qui sera acheminée jusqu’au poste source du gestionnaire RTE à Port-la-Nouvelle.

    Détail du projet porté par des entreprises implantées en région LRMP en partenariat avec le CNRS de Montpellier

    Arkolia Energies est maître d’ouvrage avec maîtrise d’œuvre intégrée et a fait appel, notamment, à des partenaires de poids comme la société Matière SAS présente dans le Lot et Saipem France. La société Matière SAS sera en charge de la fabrication et de l’assemblage des flotteurs acier dans ses usines en région LRMP alors que Saipem est en charge de la conception de ces derniers, de toute l’installation en mer et de l’installation des câbles inter-array. Dans le cadre de la ferme pilote, la technologie innovante est le flotteur, sur lequel est montée une éolienne offshore standard. Nous avons fait le choix stratégique d’un flotteur semi-submersible en acier développé sur un concept de tripode avec une architecture en étoile. Ce dernier a d’abord fait l’objet, pendant 1 an, de tests en bassin afin de valider la fiabilité et les performances de la plateforme flottante. L’assemblage est prévu sur la base logistique de Port-La-Nouvelle et nous souhaitons reconvertir des usines existantes pour sauvegarder l’emploi en région : en tout, le projet créera plus de 40 emplois et en maintiendra près de 400. Au niveau environnemental, de concert avec le CNRS de Montpellier, un modèle de ralentissement de l’érosion des côtes a été créé grâce à la mise en place de coraux artificiels qui favorisent la ressource pélagique.

    Un travail de fond sur le terrain auprès des élus et des professionnels de la mer

    Les équipes en région ont, non seulement travaillé la partie technique de l’appel à projet, mais en parallèle un travail de terrain a été effectué afin d’informer les politiques et les usagers des tenants et aboutissants d’un tel projet pour la région. Par exemple, les Prud’Homies de pêcheurs autour de Port-la-Nouvelle ainsi que les représentants principaux des chalutiers ont été consultés, tout comme les chargés de l’aménagement de l’extension du port. Les études initiales du volet environnemental et paysager ont été particulièrement soignées afin de vérifier le bon respect de la faune et flore marines, des flux des oiseaux migrateurs et l’insertion paysagère du parc.

    La mise en service est prévue pour 2021. Les suivis environnementaux et technologiques permettront pendant les cinq premières années d’exploitation de valider les performances de la ferme pilote. En cas de succès de la phase de démonstration, le projet sera prolongé de 15 ans et un développement commercial de la technologie sera réalisé en mer Méditerranée ainsi qu’à l’international. Une superbe opportunité pour cette grande région qui pourrait conquérir un marché en plein essor en France, en Europe (Portugal, Ecosse…) mais aussi dans le monde (Taïwan, Japon, USA…).

    Mercredi 9 décembre, lors d'un débat entre-deux-tours pour la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, le sujet de l'éolien marin a été évoqué afin de dynamiser l'économie locale. Découvrez les discussions en vidéo :